Terex : le retour des grues tout-terrain Demag

Interview avec Erwann Maillot de Terex Cranes

  • Erwann Maillot, Responsable Communication de Terex Cranes

A l’occasion de la Bauma, Terex a annoncé une grande nouvelle pour le monde du levage : le retour de la marque historique de grues Demag. Depuis la Bauma 2016, une nouvelle gamme de grues tout-terrain Demag est disponible à la vente. Avec Erwann Maillot, Responsable de la Communication de Terex Cranes, nous avons parlé du retour de cette marque légendaire et des nouveautés que Terex a réservées pour la Bauma.

Pourriez-vous revenir sur l’histoire de la marque Demag ?
Demag est une marque plus que centenaire. Son histoire est étroitement liée àl’usine de Zweibrücken en Allemagne. Cette usine a été créée en 1827, il y a presque 200 ans. Donc nous pouvons vraiment parler d’une marque qui a une histoire.
Pour revenir sur l’histoire plus récente : le site de Zweibrücken a été racheté par Terex en 2002 et Terex a gardé la marque Demag pendant un certain temps. Ensuite, en 2007-2008, nous avons voulu rationaliser un peu les différentes marques car Terex avait un grand portefeuille de marques. Nous avons voulu passer toutes ces marques sous le parapluie Terex pour n’avoir qu’une seule marque et mettre ainsi en avant la marque Terex. Mais les clients sont restés très attachés à la marque Demag. Récemment, nous avons donc écouté les demandes de nos clients pour réintroduire cette marque. Demag est une marque à laquelle il y a un vrai attachement sur le marché et nous sommes fiers de pouvoir la proposer de nouveau à nos clients.
Pour notre nouvelle gamme, Terex a repris les noms historiques des modèles Demag. Ainsi, les grues 5 essieux que nous avons sur le stand reprennent la numérotation et la dénomination habituelles : “AC” pour les grues tout terrain, suivi de la capacité en tonnes et du nombre d’essieux.

Quels types de clients nécessitent ce type de grues?
C’est une catégorie assez universelle de grues destinée à une grande variété d’applications : la construction métallique, le levage, la climatisation. Sur l’AC 220 que l’on présente, nous avons une nouvelle flèche de 78 m avec une extension de 21 m pour arriver à une longueur totale de 99 m. Donc je vous laisse imaginer : elle donne accès à des bâtiments assez hauts pour faire par exemple des unités d’air conditionné. C’est vraiment une grue universelle et polyvalente et cela est valable pour la totalité de la gamme.

Y a-t-il des projets visant à élargir la gamme de grues Demag ?
Effectivement, il y aura de nouveaux produits – et la Bauma n’est que le début. Terex a annoncé lundi en conférence de presse vouloir introduire la gamme de grues City. Ce sera une niche au sein de la gamme de grues tout-terrain de la marque Demag. Il s’agit de grues compactes avec une seule cabine qui se trouve dans la tourelle. La grue est conduite et manoeuvrée directement depuis cette cabine. C’est un avantage car elle permet d’avoir accès à des chantiers très étroits et pour le levage en intérieur, typiquement pour le déménagement industriel, elle peut travailler dans des halls ou avec des hauteurs de plafond assez limitées car les flèches et les machines sont très compactes. Terex s’était retiré de ce marché et y retournera bientôt avec ces nouvelles grues City.

Cette gamme City sera donc complémentaire aux grandes grues que vous présentez à la Bauma ?
C’est vrai que les grues 5 essieux sont assez imposantes. Mais on a déjà des grues plus compactes sur le stand : l’AC 40-2 avec 2 essieux et une capacité de 40 tonnes ainsi que la Challenger 3180, une machine de 60 tonnes avec une flèche de 50 m. On pourrait la décrire comme le couteau suisse du levageur : c’est la petite grue qui sert à des tâches dans un rayon d’action assez limité, mais qui sont indispensables dans une flotte de grues.

 

La nouvelle gamme de grues Demag est équipée du système IC-1 Plus. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Le système IC-1 est le système de contrôle qui était déjà présent auparavant dans les grandes machines. Pour le IC-1 Plus, nous avons rajouté un système de calcul des courbes de charges en temps réel. Auparavant, l’opérateur devait sélectionner sa configuration de contrôle de stabilisation, de contrepoids, sa configuration de flèche et en fonction de cela, l’ordinateur lui affichait les courbes de charges correspondantes, on sélectionnait les bonnes courbes de charges etc. C’était un peu fastidieux. Aujourd’hui, la machine est équipée de capteurs qui transmettent les informations directement à l’ordinateur de bord. La machine calcule ensuite en temps réel la meilleure courbe de charge en fonction de la configuration de la flèche, du stabilisateur et du contrepoids et l’affiche sur l’ordinateur. Au lieu de tout saisir manuellement, l’opérateur valide simplement la solution retenue par l’ordinateur.

IC-1 Plus permet également de gérer chaque stabilisateur indépendamment. Si vous êtes par exemple dans des endroits un peu exigus, s’il faut déplacer la grue entre des murs, vous ne pouvez pas étendre les stabilisateurs du côté du mur. Le système permet de gérer cette situation de façon intelligente. Sans ce système, par sécurité, les courbes de charges étaient calculées au plus ras du châssis, donc on perdait beaucoup de capacité. Ce système permet de tirer partie de la stabilité qu’on a du côté des stabilisateurs et aussi, puisqu’ils sont réglables indépendamment, d’ajuster la zone de charge de façon optimale. L’avantage pour le client est qu’il a ainsi accès à une réserve de capacité qui n’était pas accessible jusqu’à présent et il peut donc lever les mêmes charges avec moins de contrepoids. L’avantage est de ne pas avoir de transports additionnels qui peuvent être assez chers. On estime que le coût peut s’élever à environ 1000€ par voyage, par chantier, donc à la fin de l’année, cela représente des sommes importantes. Le système permet donc soit d’économiser du transport, soit d’avoir accès à des chantiers qui étaient réservés à des grues avec des capacités supérieures qui seraient plus chères et plus lourdes à transporter. Donc cela joue sur ces deux tableaux là et nous sommes convaincus que ce sera bénéfique pour le client à l’utilisation.

Cabine de la grue DemagIl y a aussi un volet sécurité dans ce nouveau contrôleur d’état de charge. A l’écran, quand la grue est en utilisation, il y a une prévisualisation selon l’angle d’orientation de la flèche qui permet à l’opérateur de savoir en avance s’il s’approche des zones de danger ou s’il est dans la zone de sécurité. Ceci est signalisé par 3 couleurs. Quand l’opérateur atteint la zone jaune, les mouvements sont ralentis avant d’être totalement arrêtés. Les seuls mouvements autorisés seront ceux qui permettent de ramener la charge dans la zone de sécurité. Vous ne pourrez pas éloigner la charge du centre de gravité de la machine, ce qui risquerait de la faire basculer. Le système permet seulement de rapprocher la charge ou de la poser au sol.

Pour pouvoir tirer le meilleur parti de ce nouveau système de calcul, nous fournissons un logiciel de planning qui permet de faire de la planification de chantier et de déterminer quelle serait la position optimale pour la machine sur le chantier pour tirer le meilleur profit de ce supplément de stabilité. Et si jamais le chantier ne correspond pas exactement à ce que le logiciel a prévu, il est aussi disponible dans la cabine de l’opérateur et il peut lui-même adapter le planning et se positionner de la meilleure façon.

Ce système est-il difficile à utiliser pour les opérateurs ?
L’avantage est que nous avons déjà implanté ce système dans de nombreuses grues de la gamme. Il est commun à toutes les grues cinq essieux de la gamme AC. On le retrouve aussi dans la gamme Challenger et dans la gamme RT que l’on expose à la Bauma. Si un opérateur déjà familier avec le système sur le Challenger doit se servir d’une AC cinq essieux, c’est strictement la même chose. Il peut passer de l’une à l’autre sans avoir besoin de réapprendre le système de contrôle. C’est une interface tactile, assez facile à utiliser et réservée aux professionnels bien entendu, mais c’est un système intuitif.

IC-1 Plus est disponible en option sur toutes les nouvelles grues. Il nécessite une capacité de calcul assez importante et des capteurs dans la machine. C’est pourquoi il n’est pas disponible sur les anciennes machines.

De quels autres avantages les utilisateurs des nouvelles grues Demag bénéficieront-ils ?
Nous avons beaucoup de composants en commun dans la gamme 5 essieux : la fléchette est commune. Donc si vous avez un parc avec 3 machines, vous avez besoin de n’acheter qu’une seule fléchette car elles sont relativement peu utilisées. On ne s’en sert pas à chaque levage, c’est quand même pour les hauteurs assez élevées ou quand on a besoin d’aller chercher un peu en portée et en hauteur. Cela permet de n’en avoir qu’une seule et de l’adapter aux grues qui en auront besoin. Les treuils auxiliaires sont également communs. Etant donné que les treuils auxiliaires ne servent pas systématiquement non plus, ils peuvent s’adapter à chaque machine. Terex a prévu un système qui permet d’adapter la puissance du treuil à la capacité de la machine. Les contrepoids sont également en commun, ce qui permet de pouvoir les utiliser sur toutes les machines à l’intérieur de cette gamme.

Nous avons aussi un système où l’on n’a qu’un seul moteur. Nous avons décidé d’utiliser un seul moteur parce que cela permet de réduire l’entretien. Au lieu d’avoir un moteur en tourelle pour alimenter les pompes hydrauliques pour la partie grue et un moteur porteur pour le déplacement, il n’y en a qu’un seul qui se situe dans le porteur. Cela a plusieurs avantages : c’est moins cher en maintenance et nous devons immobiliser la grue une seule fois pour la maintenance. La puissance du moteur est gérée en fonction de l’utilisation. Donc si on est en route, nous allons utiliser la pleine puissance du moteur. Si on ne l’utilise qu’en grue, la puissance est réduite ce qui permet de réduire la consommation en grue.

Une autre fonction qui permet de réduire la consommation est un système “Start & Stop” qui est similaire à ce qui existe dans l’automobile, sauf qu’il n’est pas automatique pour des raisons de sécurité. Mais il y a un bouton dans la cabine qui permet de couper le moteur sans couper le système de contrôle et de redémarrer immédiatement, ce qui est pratique. L’avantage est que cela réduit le nombre d’heures que les clients ont au compteur. Et qui dit moins d’heures dit meilleure valeur de revente en deuxième main. C’est vraiment un ensemble de choses qui permettent de fournir un paquet cohérent, une machine qui soit sûre et économique à l’utilisation.

Merci beaucoup pour cette interview !

Histoire de Terex Cranes

Edouard Ducroo

Community Manager pour le compte de la société MB Diffusion, je m'occupe du blog du site MachineryZone. J'y traite tous les sujets relatifs au monde du BTP; des informations sur les machines aux informations sur les constructeurs en passant par les actualités sur les différents salons organisés dans le secteur du BTP.